dans la marge le site

Accueil du site Livres Essais Il ne faut pas jouer avec certains poisons… Le hareng de Bismarck

Il ne faut pas jouer avec certains poisons… Le hareng de Bismarck

Publié le mercredi 6 avril 2016

« Le hareng de Bismark (le poison allemand) »


- Jean-Luc Mélenchon Plon –210 pages – 2015

(JPG)

C’est un fait entendu : Jean-Luc Mélenchon, « Méluche » pour le Canard Enchaîné, est un personnage. Il le sait et en joue fort bien. Vrai tribun de gauche, il a suscité l’enthousiasme aux élections présidentielles. Son discours de La Bastille en 2012 reste une référence. Mais de quoi ? D’un deuxième gauche, dit-on, de la gauche de la gauche… Ces formules sont en elles-mêmes révélatrices de la dérive politique française. Ce que dit et écrit Méluche – pas dans ce livre-ci – est à peu près ce qu’il y avait dans le programme commun de la Gauche de Mitterand-Marchais- Fabre dans les années 1970 ! Et cela suffit à en faire un extrémiste de gauche ! Tout est dit de la droitisation générale de l’opinion publique et des parties dans notre pays.

On reproche à Mélenchon d’être « populiste ». La belle affaire quand on lit la définition : « Courant politique qui se proclame le défenseur du peuple contre les puissances d’argent et les étrangers » (Dictionnaire encyclopédique universel Hachette précis). La gauche entière se doit donc d’être populiste si elle ne veut pas se trahir. « Populaire » a meilleure presse, va savoir pourquoi ! Ce n’est donc pas sur ce terrain que j’attaquerai Mélenchon. Certes il y toujours un hiatus à voir un bourgeois éduqué défendre le peuple, mais pourquoi cela ne se pourrait-il. Jaurès n’était pas mineur, Lénine non plus ! Mélenchon a par contre un parcours qui pose question : comment de ministre et sénateur socialiste, pur apparatchik de la Rue de Solférino, devient-on un boute-feu du petit peuple laborieux ? Là-dessus, j’ai quelques doutes… Mélenchon a apporté de l’éloquence, des mots cruels mais drôles (« capitaine de pédalo » pour Hollande) dans une classe politique policée à l’extrême et très fade. Avec lui, au moins, on ne s’ennuie guère !

Mais peut-on le suivre sur tous les terrains ? Le livre dont il est ici question est un pamphlet, c’est même la première phrase de celui-ci : « Ceci est un pamphlet ». On sait ce qu’est ce genre littéraire, très codifié par l’usage. Le pamphlet ne fait pas dans la dentelle, c’est même tout son charme. On se laisse séduire par un ton agressif, moqueur, des formules à l’emporte-pièce, peu d’idées ressassées à l’extrême. Le pamphlet est généralement court car les auteurs ont vite épuisé le sujet et les rares idées qui s’y prêtent. A la lecture de ce livre, je ne suis pas certain qu’il soit toujours un pamphlet ; il s’y hisse dans quelques pages, mais le reste du temps c’est une diatribe politique violente classique.

Le sujet est soi-disant iconoclaste : il s’agit de dire la vérité sur ce qu’est l’Allemagne, ses dirigeants, ses entreprises et ses habitants aujourd’hui, en 2015, au-delà du politiquement correct. Très bien. Mais n’est pas Pierre Daninos qui veut, qui avec ses « Carnets du Major Thompson » avait réussi un beau coup. De l’humour et seulement de l’humour. Chez Méluche, l’humour disparaît très vite pour laisser la place au ressentiment et à la haine. Ce qui ne fait pas rire le lecteur humaniste. En gros, en suivant son raisonnement, les Allemands sont toujours les mêmes qu’en 14 et 39, nos ennemis pleins de morgue. Tout y passe : les grosses bagnoles allemandes, les usines de machines-outils, la pollution au charbon et lignite, l’affreuse rigueur budgétaire, le mépris de la classe politique allemande pour les Français et tous les autres Européens, la diplomatie de l’Euromark, le christianisme allemand…. Ce livre joue sur le registre très dangereux du national-populisme. Mélenchon sait très bien ce qu’il fait, il est trop cultivé pour ignorer l’histoire. Il réactive le discours anti-boche de 1900 en le mettant à l’heure européenne : vieille tambouille dans casserole neuve. Ce jeu est extrêmement dangereux, car il souffle sur les braises d’un nationalisme de gauche qui ressemble comme un jumeau à celui de droite. D’ailleurs ce livre aurait pu être écrit par un intellectuel du FN sans changer une ligne ! Quand on est une personne publique charismatique s’impose à vous une décence et une prudence supérieures. Non pour censurer ou auto-censurer le propos, je suis contre toutes les censures, mais pour mesurer la portée de ses mots et de ses arguments. Ce livre est indigne du tribun de La Bastille. C’est le livre d’un leader politique qui se rend compte qu’il perd son audience et qui n’hésite pas à faire de la surenchère. Si Méluche veut combattre l’Europe du capital et des firmes transnationales, qu’il le fasse avec d’autres outils que la haine et la jalousie. Qu’il se batte sur le terrain de l’humanisme et du dévoiement des objectifs initiaux, sur le moins-disant social, sur la fracture nord-sud dans l’UE… Les thèmes ne manquent pas. Mais pas sur ce choix haineux qui pousse les lecteurs populaires vers les eaux miasmiques qui ont fait le malheur de l’Europe jadis .

Oui, je le redis, ce livre est dangereux, et en plus il n’est pas bon. On ne retient aucune formule drôle et percutante. La réthorique ressemble à du Maurras de mauvaise qualité. Les propositions sont réduites à la portion congrue, à part le fait qu’il faut une sixième république : le droit constitutionnel n’a jamais fait un projet de société. Mélenchon est en panne d’idées car il fonctionne sur les vieilles recettes éculées du parlementarisme des combines repeintes aux couleurs du jour. Quand on n’a pas d’idées, il y a intérêt à ressortir les vieilles pièces du répertoire : le couplet anti-allemand a bien fonctionné des décennies durant. Pourquoi pas le rajeunir ? Si les choses ne vont pas bien en France, ce n’est pas principalement la faute à Merkel et à la CDU, mais à nous, Français, à notre classe politique ringarde (Mélenchon inclus), à notre société sans projet autre que la consommation, au refus d’admettre les évidences économiques sur le non-retour de la croissance et sur la nécessité d’inventer une autre forme sociale. C’est la base qui est en train de faire ce travail, dans la douleur, mais sûrement. Et nous n’avons nul besoin de pompiers-pyromanes comme Mélenchon et d’allume-feu comme ce triste « hareng ». Ne l’achetez-pas, ne le lisez pas, lisez plutôt André Gorz, Jacques Ellul, Ivan Illich ou Cornélius Castoriadis ; ils sont le parti de l’intelligence, pas de la haine et de la quête du pouvoir. C’est de cela que nous avons besoin !




repondre à l'articleimprimer l'article






Plan du site avec articles.
RSS 2.0

Mes autres sites :
 Geographica
 Pensée libre
 Little Romania
 Bibliatheque
 Le Blog à Jean-mi